Les exigences du placement immobilier locatif

investissement

Réussir un investissement en vue de location est un travail de longue haleine qui nécessite la prudence et la patience. Ces qualités sont nécessaires pour amoindrir les risques et faciliter la rentabilisation du bien à louer.

La Belgique, terre des investisseurs

Investir dans l’immobilier en Belgique est moins risqué qu’ailleurs en Europe. En effet, le marché de la brique belge est l’un des plus assurés et des plus dynamiques. Cela ne veut pas dire pour l’investisseur qu’il faut se jeter tête baissée. Il y a toujours des risques. Parfois, ils viennent souvent de ce dernier. Ainsi, la précipitation n’est pas une bonne alliée dans l’investissement immobilier. Même devant une offre très alléchante, il faut toujours faire preuve de prudence. Un vendeur peut mettre en vente une maison soumise à des exonérations, dont la rentabilité est douteuse.

Voici quelques pièges que les vendeurs peu scrupuleux peuvent tendre aux investisseurs. Quand il se montre pressé, et insiste sur le fait que son bien est très demandé, il faut prendre du recul. Quitte à laisser partir l’affaire. Sauf s’il accorde une visite, voire plusieurs visites, du bien avant d’effectuer la transaction. Si jamais le vendeur se défile, le risque peut être majeur. Quand le vendeur demande du temps pour fournir un dossier complet concernant le bien, il faut faire preuve de grande prudence. L’investisseur doit connaitre tous les documents administratifs requis pour ce type d’opération.

Du particulier au professionnel

Quand le bien a été choisi, il est temps de passer à l’achat effectif. Il ne faut jamais oublier que les négociations sont toujours possibles même si le vendeur annonce un prix fixe. Les meilleurs arguments se trouvent toujours après une visite du bien. L’investisseur doit toujours avoir en tête que quelle que soit la qualité du bien, il pourra toujours trouver des défauts. Il pourra ainsi pointer sur ceux-ci pour négocier le prix. C’est de bonne guerre. Pour la visite, l’acheteur devra être accompagné par un spécialiste en construction.

Il y a deux catégories d’investisseur. Celui qui achète un seul bien et le loue pour constituer un petit matelas financier pour sa descendance ou sa retraite. Ensuite, celui qui achète plusieurs biens. Ce dernier est un professionnel. En général, il confie la gestion de son patrimoine à une société spécialisée. Cette différence sera considérée par les banques. Quoi qu’il en soit, tous deux doivent également prendre des contrats d’assurance avant de louer leur bien. L’enjeu final est de trouver des locataires pour rentabiliser l’investissement.

Trouver son premier locataire

Le propriétaire peut passer par le service des agences immobilières. Sachant que cela pourra engager des frais. Mais il pourra vaquer à ses occupations quotidiennes en attendant que l’agence trouve des locataires. Cette période est délicate. Puisque la maison doit toujours être entretenue même si personne n’y habite encore. Cela pourrait également entrainer des frais supplémentaires. Le bouche-à-oreille est aussi un bon moyen de trouver des clients. Et enfin, Internet est maintenant l’outil de référence pour mettre en location un bien immobilier.

La patience est d’or

Si toutes les étapes d’un investissement locatif ont été respectées, de la prospection à la mise en location, le propriétaire ne doit pas s’alarmer s’il ne trouve pas un locataire immédiatement. En moyenne, il faut attendre trois mois avant de trouver un client.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*